Recettes

Nouilles soba épicées, kale et tofu croustillant à l’ail

J’adore les nouilles de riz arrosées de sauce soya. Je pourrais en manger matin, midi et soir. Enfant, lorsque je faisais la grève de la faim, ma mère me donnait un bol de nouilles et cela marchait à tout coup : je finissais mon plat en un clin d’œil.

C’était ma version du bol de pâtes blanches au beurre. Maintenant que mes papilles gustatives ce sont un peu plus développées, j’ai tenté d’upgrader mon plat préféré et de le rendre plus nutritif. J’ai donc utilisé des nouilles de soba, aka des nouilles de sarrasin (plus riches en fibres et en protéines que des nouilles de riz), ajouté du kale et du tofu. Le tout relevé d’un peu de Sriracha. Onomnom.

IMG_5219

Préparation Réfrigération Cuisson Portions
20 min non 20  min 3-4

 

Ingrédients

Ingrédients pour les nouilles

  • 400 g de nouilles soba  (j’ai utilisé les paquets sous-vide qu’on retrouve facilement à l’épicerie) ou environ 500 ml (2 tasses) de nouilles cuites
  • 1 bouquet de kale (environ 250 g)
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 5 ml ml (1 c. à thé) d’huile de canola (ou autre huile pour cuisson de votre choix)
  • 15 ml (1 c. à table) de sauce soya
  • 15 ml (1 c. à table) de Sriracha
  • 10 ml (2 c. à thé) d’huile de sésame grillée

Ingrédients pour le tofu

  • 1 bloc de tofu ferme ou extra ferme (450g)
  • 5 ml (1 c. à thé) de poudre d’ail
  • 2,5 ml ( ½ c. à thé) de curcuma moulu
  • 2,5 ml ( ½ c. à thé) de sel
  • 10 ml (2 c. à thé) d’huile de canola (ou autre huile pour cuisson de votre choix)

*Algues grillées et graines de sésames grillées pour servir (facultatif)

PRÉPARATION

  1. Presser le tofu : enrober le bloc de tofu d’un linge à vaisselle et déposer un poids lourd dessus (un dictionnaire, quelques boîtes de conserves, etc.). Presser le tofu pendant au moins 30 min. Préparer les nouilles en attendant. (Cette étape permet d’obtenir un tofu bien croustillant).

Nouilles:

  1. Faire cuire les nouilles selon les instructions sur l’emballage. Y ajouter l’huile de sésame, la sauce soya et la Sriracha. Réserver.
  2. Dans une grande poêle, faire sauter le kale et l’ail dans l’huile de canola environ 5 minutes ou jusqu’à ce que le kale soit tendre. Ajouter aux nouilles et réserver.

Tofu :

  1. Trancher le tofu pressé en cubes d’environ 1 cm de côté.
  2. Dans un plat hermétique, déposer les cubes de tofu, la poudre d’ail, le sel et le curcuma moulu. Fermer le couvercle et secouer pour bien enrober le tofu.
  3. Dans une poêle antiadhésive, chauffer l’huile. Ajouter les cubes de tofu et les faire revenir jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés et croustillants. Ajouter de l’huile au besoin.
  4. Ajouter le tofu aux nouilles.
  5. Lors du service, saupoudrer de graines de sésames et garnir de quelques algues grillées si désiré.

 

 

 

 

 

Nutrition

Bilan 2016 ou comment est-ce que je fais pour continuer à recommander des produits animaux

Le temps est venu de faire mon bilan de l’année puisque c’est ce que tout le monde fait à la fin d’une année et je suis originale comme ça moi.

Lorsque j’ai débuté mon blogue La végé d’à côté en septembre 2015, je ne savais pas trop où je m’en allais avec ce projet. J’étais végétalienne depuis peu et j’avais envie de l’annoncer à la terre entière. Combiner ma profession de nutritionniste et mon nouveau mode de vie m’a semblé être une bonne idée et mon objectif fut de montrer aux gens qu’il était possible d’être végétalien et être en santé.

Je n’aurais jamais cru que mon petit projet de rien du tout m’aurait permis de faire la connaissance de merveilleux véganes et de contribuer au livre d’Élise Desaulniers, Le défi végane 21 jours (qui vient de remporter le prix du meilleur vegan cookbook canadien dans le cadre des Gourmand Adward, OMG) ainsi que d’autres superbes collaborations.

Avoir le privilège de jouer un rôle dans la transition vers le végétalisme des gens est une des expériences les plus gratifiantes de ma vie. Évidemment, il y a des moments moins glorieux où tout ce que j’avais envie de faire est de tout lâcher et de me transformer en ermite jusqu’à la fin des temps. Devoir se battre contre des supposés « spécialistes de la nutrition », se faire juger par les non véganes, se faire juger par des véganes… Comment peux-tu continuer à travailler avec des omnivores et à émettre des recommandations nutritionnelles qui incluent des produits animaux ? La première fois qu’on m’a posé cette question, je suis demeurée bouche bée. Je me sentais comme un imposteur : comment pouvais-je ne pas recommander la meilleure alimentation autant pour la santé que l’environnement, sans parler d’éthique à mes patients ?

En effet, j’ai débuté ma pratique privée pour rencontrer des clients végéta*iens et combler mon envie de jaser de véganisme à longueur de journée. Par contre, lorsque je pratique en milieu hospitalier, je fais face à une autre réalité. Mes patients sont généralement malades et provenant de milieux défavorisés. Certains ne consomment même pas 5 fruits et légumes différents et ne connaissent pas l’existence des légumineuses. Leur répertoire alimentaire est composé de pain, de pâtes, de hot dogs, de viande hachée et de lait. D’autres ont de nombreuses restrictions alimentaires dû à leur condition médicale et certains ne peuvent même pas manger par la bouche !  En tant que nutritionniste, ma responsabilité est de déterminer le plan de traitement qui améliora la santé de mon patient tout en tenant compte des facteurs psychosociaux qui entourent l’individu. Lorsqu’on parle de santé, on ne parle pas de santé physique seulement, mais également de santé psychologique. Je pourrais recommander à mon patient qui n’a connu que des patates, de la viande hachée et du lait toute sa vie de délaisser les seuls aliments qu’il mange pour adopter le végétalisme. Est-ce que cela va améliorer sa santé physique ? Certainement. Est-ce qu’il va le faire ? Probablement pas. Par contre, si je lui suggère d’introduire un nouveau légume il va probablement le faire.

Ce ne sera qu’une mini victoire, mais qui sait, peut-être qu’après plusieurs suivis, il mangerait beaucoup plus de végétaux qu’à notre première rencontre. Peut-être que je ne changerais rien dans sa vie. Les changements d’habitudes sont complexes et l’être humain l’est encore plus.

Bref, une de mes résolutions (même si je n’aime pas ce mot) pour 2017 est d’accepter les minis victoires, de tenter de ne pas m’arracher les cheveux même s’il y a encore trop d’animaux qui souffrent et de me convaincre que mes gestes si petits qu’ils soient peuvent faire avancer les choses.

fullsizerender

Nutrition

Quel lait offrir à mon bébé?

Une des questions qui revient le plus souvent lorsque je parcours les forums de discussion sur le véganisme est : quel lait pourrais-je offrir à mon enfant une fois sevré? Ce questionnement est compréhensible puisque depuis toujours, on recommande d’offrir du lait de vache aux enfants une fois l’allaitement maternel cessé. Par contre, que faire lorsqu’on souhaite élever un enfant végétalien ?

0-12 mois

Allaitement maternel

L’allaitement maternel demeure le choix numéro un pour nourrir un bébé et il y a de nombreux effets bénéfiques à allaiter un enfant exclusivement les 6 premiers mois. Même après l’introduction des aliments solides, le lait maternel convient au bébé. L’allaitement peut se poursuivre tant et aussi longtemps que la mère le désire. Une mère végétalienne allaitante doit s’assurer d’avoir un apport adéquat en vitamine B12 et en oméga-3. Un supplément de vitamine D est recommandé pour le bébé.

 

Formule pour nourrissons à base de soya

Si  pour une raison quelconque l’allaitement n’est pas possible, vous pouvez opter pour une formule pour nourrissons à base de soya telle que l’Isomil, l’Enfamil soya ou le Alsoy. Ces formules ne sont pas 100% végétaliennes en raison de leur contenu en vitamine D3 provenant de la laine de mouton. Toutefois, elles demeurent les seules alternatives disponibles au Canada lorsqu’on désire éviter les produits du lait de vache.

En cas d’allergie ou d’intolérance au soya, il n’est malheureusement pas possible d’éviter les formules à base de lait de vache si bébé n’est pas allaité. En effet, les formules hypoallergènes sont constituées de protéines de lait de vache hydrolysées (pré-digérées).

Une formule végétalienne pour nourrissons à base de protéines de riz, Prémiriz, est disponible en France, mais difficile à se procurer au Canada.

 

12-24 mois

Boisson de soya

Le lait maternel ou la formule à base de soya sont adéquats pour le nourrisson jusqu’à l’âge de 2 ans. En fait, l’allaitement maternel est adéquat tant et aussi longtemps que la mère et le bébé le souhaitent. Cependant, dès l’âge de 1 an, la boisson de soya enrichie (version originale) peut être introduite. D’un point de vue strictement nutritionnel, cette boisson équivaut à peu près au lait de vache 2 %. Comme elle est un peu moins riche en matières grasses que le lait 3,25%, il est important d’inclure de bonnes sources de gras telles que l’huile d’olive, l’avocat, les noix et les graines dans l’alimentation de l’enfant.

Autres boissons végétales

Les autres laits végétaux ne sont pas assez riches en énergie, en protéines et en gras pour combler les besoins des tout-petits. Ils peuvent faire partie du menu de l’enfant, mais ne devraient pas y occuper une place trop importante.

Dans le cas d’une intolérance ou une allergie au soya, il est possible de combler les besoins du petit sans cette boisson. Il demeure toutefois important de consulter un nutritionniste afin d’ajuster l’alimentation de l’enfant en conséquence.

Les lait végétaux faits maison sont délicieux et constituent un choix sain et moins transformé, mais ils ne sont pas enrichis en vitamines et en minéraux. Il est possible d’en offrir à son enfant si on fait attention à son apport en calcium.

Des suppléments de vitamines D et de B12 sont recommandés chez les enfants végétaliens. Certains experts recommandent également des suppléments d’oméga 3 ADH.

24 mois et +

Après l’âge de 2 ans, les boissons d’amande, de lin, de coco, de chanvre et de riz peuvent convenir. Par contre, chez un enfant qui présente une croissance non optimale ou un faible appétit, il peut s’avérer nécessaire de garder un lait végétal plus riche dans son alimentation.

 

Donc, il est généralement possible d’élever un enfant en santé sans introduire le lait de vache dans son alimentation. Peu importe le type d’alimentation qu’on souhaite adopter, il demeure important de bien s’informer auprès des sources fiables et de consulter un nutritionniste au besoin.

Recettes

Muffins épicés à la citrouille

Depuis que j’ai dû assurer la confection et la vente de plusieurs centaines de muffins pour la campagne de financement de mon bal de finissant à la fin de mon baccalauréat, j’ai développé une aversion pour ces petites gâteries. #overdose. Je n’en ai pas mangé depuis au moins 8 ans lorsque je suis tombée sur cette recette. Comme j’avais un déjeuner potluck au travail, j’ai pris le risque de l’essayer (si je ne les aime pas, je n’ai qu’à les refiler à mes collègues haha). Ces muffins à la citrouille étonnamment moelleux et débordants de saveurs ont fait l’unanimité. Comme je n’avais pas de pacanes sous la main, j’ai garni les muffins d’amandes effilées. En cas d’allergies aux noix, on peut tout simplement omettre la garniture.

img_5554

Recette de Hot for food

Préparation Réfrigération Cuisson Portions
15min non 18-20 min 12

 

Ingrédients

  • 625 ml (2 ½ tasses) farine d’avoine
  • 10 ml (2 c. à thé) de cannelle moulue
  • 5 ml (1 c. à thé) de gingembre moulu
  • 2,5 ml (½ c. à thé) de quatre-épices
  • 2,5 ml (½ c. à thé) de muscade moulue
  • 1 ml (1/4 c. à thé) de sel
  • 5 ml (1 c. à thé) de poudre à pâte
  • 2,5 ml ( ½ c. à thé) de bicarbonate de soude
  • 250 ml (1 tasse) de boisson végétale non sucrée au choix
  • 250 ml (1 tasse) de purée de citrouille
  • 175 ml (3/4 tasse) de sucre de coco (ou de sucre granulé)
  • 60 ml (1/4 tasse) de compote de pommes non sucrée
  • 5 ml (1 c. à thé) de vinaigre de cidre
  • 5 ml (1 c. à thé) d’extrait de vanille

 

Garniture croquante

  • 75 ml (1/3 tasse) de pacanes concassées
  • 15 ml (1 c. à table) de sucre de coco ou de sucre granulé

 

PRÉPARATION

  1. Préchauffer le four à 375 oF .
  2. Huiler ou tapisser 12 moules à muffins.
  3. Dans un bol, bien mélanger la farine d’avoine, les épices, le sel le bicarbonate de soude et la poudre à pâte. Réserver
  4. Dans un autre bol, mélanger la boisson végétale, la purée de citrouille, le sucre, la compote de pomme, le vinaigre de cidre et l’extrait de vanille à l’aide d’une cuillère en bois.
  5. Incorporer les ingrédients secs à l’appareil en évitant de trop mélanger.
  6. Répartir le mélange dans les 12 moules à muffins.
  7. Parsemer le dessus des muffins avec les pacanes et le sucre.
  8. Cuire au four de 18 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dents en ressorte propre. Laisser reposer 5 minutes. Démouler sur une grille.

Les muffins se conservent 5 jours à la température ambiante.

Nutrition

Bébé Végé

J’ai l’honneur de pouvoir vous présenter mon tout nouveau projet, Bébé Végé, en collaboration avec Les Folks. Ce projet qui rassemble alimentation végétalienne et yoga a pour but de promouvoir un mode de vie sain chez les femmes enceintes et les jeunes mamans. En s’inscrivant à Bébé Végé, nos clientes s’offrent 30 minutes d’atelier sur la nutrition suivi de 30 minutes de yoga avec une instructrice qualifiée en yoga pré/postnatal. Durant les ateliers de nutrition, j’aborderais différents sujets tels que l’alimentation végétalienne, les particularités chez la femme enceinte, les laits végétaux, l’introduction des solides, les enfants et le végétalisme, etc. Les sujets peuvent varier en fonction de la demande du groupe. Ce projet pilot va débuter dans Rosemont-Petite Patrie au parc Laurier, mais s’il y a de la demande, il y a possibilité d’élargir notre territoire pour les prochaines sessions.

Infos pratiques 

Quand?

Les mercredis du 21 septembre au 23 novembre

17h00 -18 h00 : Groupe postnatal

18h00 -19 h00 : Groupe prénatal

Où?

Au parc Sir-Wilfrid-Laurier (coin Mentana et Laurier E, à Montréal)

Comment s’inscrire?

À : contact@lesfolks.info

N’oubliez pas de regarder notre vidéo promotionnel

(ne vous fiez pas à mon air mi-terrifié, mi-bête : j’ai une peur bleue des caméras)

 

lavegedacote_final_web

 

Mode de vie

Les collations à l’école : un défi ?

La rentrée scolaire arrive avec son lot de casse-têtes, dont celui des collations. Surtout en ce qui concerne les enfants du primaire. J’ai publié récemment un article qui regroupe quelques idées de collations sans noix. Par contre, plusieurs écoles ont maintenant une politique alimentaire encore plus stricte que celle qui exclue les allergènes. En effet, elle interdit non seulement les allergènes, mais également les aliments considérés comment étant difficiles à manger, salissants ou trop transformés. La liste des interdits n’en finit plus. Si bien qu’à la fin, dans plusieurs établissements scolaires, les seules collations permises sont les fruits, les légumes et le fromage. Ce règlement amène les parents végétaliens (et même les non-végétaliens) à s’inquiéter de la consommation de protéines de leur marmaille. Pas de panique! Chez les enfants en santé, une déficience en protéines est quasiment impossible. Pour plus d’informations, vous pouvez vous référer à mon article sur le sujet. En ce qui concerne les autres nutriments, un enfant en santé n’a généralement pas de problème à aller chercher ce dont il a besoin dans le reste de la journée. Voici quelques conseils pour calmer vos angoisses et vous aider à mieux gérer la rentrée :

  • On «booste» le déjeuner avec des aliments plus riches en protéines et en gras : toasts au beurre d’arachide, granola et yogourt de soya, smoothies dans lequel on a ajouté du lait de soya, du tofu soyeux ou des graines de chanvre, etc.
  • On offre un dessert plus riche au lunch : on oublie le fruit que l’enfant aura déjà consommé à la collation. Un pouding de chia ou de soya, une galette ou un muffin maison, du houmous au chocolat et des craquelins, des boules d’énergie, etc.
  • Si l’horaire le permet, on tente de se rattraper à la collation de l’après-midi qui est souvent prise au service de garde (où les règlements sont plus souples), sur le chemin du retour ou à la maison
  • Si l’école fournit des berlingots de lait, on peut s’informer s’il est possible qu’on fournisse des berlingots de lait de soya ou de riz pour notre enfant
  • Dans le cas où l’enfant a un faible appétit et a de la difficulté à maintenir une bonne croissance (diagnostiqué), il est possible d’obtenir un papier du médecin qui permettrait à l’enfant d’élargir son répertoire d’aliments permis à la collation. La même règle s’applique pour d’autres problèmes de santé où il est essentiel de modifier l’alimentation du petit.

Finalement, les règlements sont très variables d’un établissement à l’autre. N’hésitez pas à communiquer directement avec l’école pour avoir l’heure juste. Sur cela, je vous souhaite une superbe rentrée scolaire!

 

IMG_5002

Mode de vie/ Recettes

5 idées collations pour la rentrée

Pour avoir assez d’énergie dans la journée, les enfants ont souvent besoin de collations nourrissantes. Or, avec la rentrée scolaire et les différentes politiques alimentaires des écoles,  on se retrouve souvent assez limité dans nos choix. Les collations des jeunes sont donc souvent restreintes aux fruits et légumes, ce qui peut devenir redondant. Je vous propose quelques idées de collations végétaliennes et sans noix/arachides pour remédier à la situation.

1) Barre tendre

On peut facilement modifier ma recette de barre tendre pour affamés pressés pour la rendre school-friendly: on remplace le beurre d’arachide par du beurre de soya ou du beurre de tournesol. On peut aussi omettre les graines de citrouille et de sésame et les remplacer par la même quantité d’avoine, de canneberges ou tout autre ingrédient de votre choix. Il suffit de garder les mêmes proportions.

 

2) Pochettes collation

Les compotes de fruits et les poudings en pochette sont de plus en plus populaires chez les enfants. Pour une version plus nourrissante, on peut se procurer des pochettes réutilisables et les remplir avec le contenu de notre choix. Les compotes de fruits maison, les poudings de chia ou les yogourts non laitiers sont des exemples d’aliments avec lesquels on peut remplir les pochettes.

3) « Yop » sans produits laitiers

On peut créer notre propre yogourt à boire en mélangeant les fruits au choix avec un lait végétal au mélangeur. Fraise-banane-vanille, coco-ananas, framboise-lychee, les combinaisons sont infinies! Les enfants s’amuseront sans aucun doute à choisir leur propre mélange. Les yop se préparent d’avance et peuvent être congelés dans des contenants hermétiques.

4) Pois chiches grillés

Les pois chiches grillés peuvent être achetés ou faits maison. Par contre, la version maison perd son caractère croustillant le lendemain (ils demeurent quand même délicieux).

5) Mini pitas garnis

On prend un mini pita qu’on coupe en deux et on garnit de houmous ou de tartinade de tofu. L’enfant préfère le sucré? On troque le houmous traditionnel pour du houmous au chocolat.

Et vous, qu’est-ce que votre marmaille préfère en collation?

 

2015-09-20 10.49.17-2

 

Mode de vie

Ce que j’ai mangé aujourd’hui #1

J’ai une énorme confession à faire : je suis un peu voyeuse. J’adore voir ce que les gens mangent. Je ne sais pas si c’est une déformation professionnelle ou je suis juste une weirdo. Lorsque je fais l’épicerie, je prends plaisir à analyser le contenu du panier d’épicerie des gens autour de moi. Perdre mon temps à visionner des vidéos « what I ate in a day » des youtubers fait également partie de mes vices. Outre l’analyse de l’équilibre nutritionnel des repas (#geekdemême), regarder ces vidéos me permet de découvrir de nouveaux produits ou des nouvelles façons d’apprêter certains aliments. Vu la popularité de ce genre de vidéos, je peux en conclure que je ne suis pas la seule à avoir des drôles de passe-temps.

J’ai donc décidé de reproduire quelque chose de semblable sur le blogue. Ne jugez pas trop mon alimentation, je suis nutritionniste, pas extra-terrestre.

Déjeuner

Les déjeuners super fancy sur instagram me rendent toujours un peu jalouse. Je n’ai jamais le temps de d’aligner mes graines de citrouille sur mon gruau ou de me faire trois smoothies de couleurs différentes pour les étager. Comme je ne suis pas matinale, je suis souvent très pressée le matin et mon premier repas doit pouvoir se manger rapidement. Mon classique : un pita déjeuner de Pita Break garni de beurre d’arachide, un bol de fruits et un café.

FullSizeRender (19) IMG_4304

 

Collation

Comme j’ai toujours faim (ça n’aide pas de parler de nourriture toute la journée), je me traîne toujours quelques collations pour les petits creux. Ce matin, c’était un mélange d’amandes, de pépitas et de canneberges séchées.

IMG_4542

 

Dîner

Pause-dîner! Mon moment préféré dans la journée. Au menu une salade de nouilles et de légumes à l’asiatique garnie d tofu grillé, des fruits et un pouding de chia à la noix de coco.

IMG_3979

Collation

Un 2e café et quelques bonbons Squish sont consommés en après-midi pour m’aider dans ma rédaction de notes.

De retour à l’appart, comme je dispose de peu de temps avant mon entraînement, j’opte pour une banane et 2 dattes Medjool pour me fournir de l’énergie sans me donner mal au cœur.

2015-11-16 17.55.57

 

Souper

Il est tard et je suis affamée. Mon souper consiste en une salade de pois chiches, asperge et avocat que j’ai accompagnée d’une petite pizza du Café Dei Campi. Pour terminer le repas et la journée en beauté, quoi de mieux qu’une bonne crème glacée?

FullSizeRender (18)

IMG_4067

 

Et vous, qu’avez-vous mangé aujourd’hui?

Mode de vie

J’ai testé: L’Gros luxe 100% végé

Lundi soir a eu lieu le lancement du nouveau L’Gros luxe 100% végé auquel j’ai eu la chance d’assister. Cette chaîne populaire principalement convoitée pour son menu alléchant, son ambiance décontractée et un excellent rapport qualité/prix offre maintenant un menu entièrement végétarien avec options végétaliennes à la succursale sur St-André. Il est également possible d’obtenir une version sans gluten pour certains plats.

 

Dès que j’ai mis les pieds dans la salle, j’ai été tout de suite charmée par le décor à la fois vintage et chaleureux. Un coup d’œil rapide au menu m’a permis de constater celui-ci se démarquait par son originalité. En plus d’offrir les classiques revisités tels que le mac & cheese, la poutine (la version végane est garnie de fauxmage Vegnature et c’est LA meilleure poutine ever) et les burgers, L’Gros luxe nous fait également voyager avec les saveurs des quatre coins du monde par des plats tels que le taco banh mi ou le « poulet » au beurre.

FullSizeRender (16)

Le menu pour la soirée

 

Pour l’occasion, une dégustation en 11 services (oui, vous avez bien lu : 11!) nous a permis de goûter à une bonne partie du menu offert. Même si environ 80% du menu est végétalien, certains plats contiennent du fromage ou des œufs (ce qui est malheureusement le cas pour les fameuses frites d’avocats). Les véganes doivent donc porter attention à leurs choix. Tous les plats étaient délicieux, mais le burger à l’effiloché de  « poulet », la trempette d’épinards et artichauts,  les tacos banh mi et la bruschetta aux champignons sauvages ont fait l’unanimité. Mon coup de cœur personnel? Le burger à l’effiloché de « poulet ».

 

FullSizeRender (4)

FullSizeRender (2)

FullSizeRender (17)

FullSizeRender (8)

 

 

Le repas s’est terminé avec une glace végane de Lacrem, une belle petite entreprise d’ici. La saveur vedette était tarte au citron confit. Un petit plaisir sucré et décadent pour terminer la soirée en beauté.

 

Et l’alcool?

Une belle variété d’alcool est offerte au L’Gros Luxe 100% végé, mais ce resto est particulièrement réputé pour ses bloody ceasar et leurs garnitures originales. Il ne faut pas oublier de mentionner qu’on peut aussi y  savourer un verre de la cuvée du L’Gros Luxe produit en exclusivité pour la chaîne par  le vignoble Kobloth.

Un petit scoopDès cette fin de semaine (samedi 9 juillet), L’Gros luxe 100% végé va servir des brunchs! (Je capote )

Bref, le L’Gros Luxe 100% végé propose un concept original, loin du stéréotype végétarien qui plaira au plus têtu des omnivores. Un endroit décontracté, chaleureux et abordable à découvrir sans faute. Vous risquerez sans aucun doute de m’y croiser (un peu trop fréquemment). J’ai d’ailleurs déjà prévu mon prochain repas là-bas : un burger à l’effiloché de « poulet » accompagné de la fameuse poutine du L’Gros Luxe. J’y ajouterais peut-être une trempette d’épinards et artichauts pour avoir mes légumes. #jokeplatedenutritionniste

Un petit conseil : ce petit coin du paradis risque de se remplir très très très rapidement. Pour ne pas avoir de mauvaise surprise, on peut réserver sur : reservationvege@lgrosluxe.com (oui oui cette succursale prend les réservations) ou encore se procurer de l’application (Iphone et Android) du L’Gros Luxe qui permet de voir en temps réel le nombre de places disponibles dans le resto.

 

IMG_4444

 

En compagnie d’Ariane co-auteure du blogue Vert et fruité. Vous pouvez lire sa critique ici.

 

Nutrition

Mais où sont tes protéines?

Depuis que j’ai cessé de consommer de la viande, je ne compte plus les fois où l’on m’a demandé où est-ce que je prenais mes protéines. Ce questionnement montre l’importance que les gens accordent à la consommation de produits animaux. Ceux-ci sont non seulement bons: ils sont aussi essentiels à la vie. En effet, on croit souvent qu’une alimentation végétalienne est susceptible d’engendrer des carences, particulièrement une carence en protéines. Pourtant, les aliments d’origine végétale regorgent de protéines et peuvent parfaitement combler nos besoins.

À quoi ça sert?

Les protéines jouent une multitude de rôles vitaux dans notre corps. Elles fournissent de l’énergie, jouent le rôle d’enzymes, servent à synthétiser des hormones, rentrent dans la formation des cellules et des organes de l’organisme, etc. De plus, un repas riche en protéines va nous soutenir plus longtemps et limiter les baisses d’énergie entre les repas et les collations. Pas étonnant qu’on tient tant à en avoir suffisamment!

C’est quoi?

En gros, une protéine c’est une chaîne de petits maillons qu’on appelle les acides aminés. Il existe vingt acides aminés qu’on sépare en deux groupes : les acides aminés non essentiels (le corps peut les fabriquer) et les acides aminés essentiels (le corps est incapable de les fabriquer donc on doit obligatoirement en consommer).

Chaque aliment contient des proportions différentes d’acides aminés et on dit d’une protéine qu’elle est complète lorsqu’elle contient tous les acides aminés dans la bonne proportion. C’est le cas pour les protéines animales ou le soya. Les légumineuses autres que le soya contiennent davantage de lysine, mais moins de méthionine contrairement aux grains céréaliers qui fournissent plus de méthionine que de lysine. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de consommer une variété d’aliments dans sa journée afin de combler ses besoins en acides aminés.

ProtéinesBesoins

Les besoins en protéines varient d’un individu à l’autre selon son âge, son sexe, son niveau d’activité ainsi que sa condition médicale. En général, un adulte en santé a besoin d’environ 0,8 g de protéine/kg de poids. La recommandation pour les végétaliens est légèrement plus élevée soit 0,9 g/kg afin de s’assurer qu’ils consomment suffisamment d’acides aminés essentiels.

Pour une personne ayant un poids de 65 kg, cela représente environ 59 g de protéines. Voici comment cette recommandation peut se traduire dans une journée :

Aliment  

Quantité de protéines

 

Déjeuner :

2 toasts de blé entier

2 c. à table de beurre d’arachide

1 banane

1 café

 

6 g

6 g

1 g

0 g

Collation

1 pomme

15 amandes

 

0 g

3 g

Dîner :

½ t de quinoa

½ t de pois chiches

½ t de maïs

1 tomate

1 pouding de soya

 

4 g

6 g

3 g

1 g

4 g

Collation

1 t de crudités

2 c. à table de hoummous

 

1 g

3 g

Souper :

¾ t de riz

Sauté de tofu avec 2 t de légumes et 85 g de tofu ferme

2 biscuits à l’avoine

1 t de boisson d’amande

 

3 g

17 g

2 g

1 g

Total : 61 g

Sources

Tel que démontré dans l’exemple de menu, les protéines se retrouvent un peu partout dans notre alimentation. Certains aliments tels que les légumineuses, le soya et ses dérivés, les graines, les noix et le seitan en sont plus riches et sont considérés comme étant les principales sources de protéines d’une alimentation végétalienne. Pour s’assurer de combler ses besoins en lysine, on vise minimum trois portions de légumineuses (incluant le soya et les arachides) par jour.

Pour un adulte, 1 portion correspond à :

  • ½ t de légumineuses cuites
  • ½ t de tofu ferme ou de tempeh
  • ¼ t d’arachides
  • 1 t de boisson de soya
  • 2 c. à table de beurre d’arachide

Tel que mentionné ci-haut, chaque type d’aliment fournit une proportion différente de chaque acide aminé.  Donc, on fait attention non seulement à consommer suffisamment de légumineuses, mais également à avoir une alimentation variée qui comprend divers grains céréaliers et des noix au quotidien. Il n’est pas nécessaire d’avoir tous ces aliments dans un même repas.

En résumé, les gens en santé qui mangent suffisamment ont très peu de risque d’avoir une déficience en protéines. Par contre, si la variété fait défaut dans leur alimentation, il pourrait y avoir un manque d’un acide aminé. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir une combinaison alimentaire particulière. Finalement, ce n’est pas la fin du monde si certains de nos repas sont moins riches en protéines (ex. : les hot-dogs à la carotte). Il suffit de compléter le repas avec un dessert plus protéiné ou de se rattraper au prochain repas.

Références

  1. Norris J, Messina V. (2011).  Vegan for life (1st ed). Boston, USA. Da Capo press .
  2. Santé Canada. Apports nutritionnels de référence – Valeurs de référence relatives aux macronutriments. http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/reference/table/ref_macronutr_tbl-fra.php (consulté le 9 juin 2016).
  3. Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN). https://aliments-nutrition.canada.ca/cnf-fce/index-fra.jsp (consulté le 9 juin 2016).
  4. OPDQ. Manuel de nutrition clinique- Végétarisme. http://opdq.org/mnc/vegetarisme/ (consulté le 10 juin 2016)