Mode de vie

Les réflexions d’une surconsommatrice

Souvent après une journée de travail, j’aime perdre mon temps en visionnant des vidéos sur YouTube.  C’est ainsi qu’entre une dizaine de chatons qui jouent (parce que c’est cute ok) et une de recette d’oeufs Cadbury végétalien (parce que c’est bon), je suis tombée sur la chaîne de Béa Johnson, une femme qui mène un mode de vie visant à produire le moins de déchet possible. Vivant en Californie,  cette Française, son mari et leurs deux garçons ont réussi à limiter leurs déchets à 1 kg en 2014.  Sachant qu’un Américain génère en moyenne 1 tonne de déchet par année, cela semblait impossible. Curieuse, j’ai parcouru la chaîne de Béa ainsi que son blogue Zero waste home. Cette famille de quatre vit dans une simplicité étonnante. Leurs garde-robes ne comprennent que le strict nécessaire, ils concoctent eux-mêmes une partie de leurs produits de beauté et nettoyants et achètent le reste en vrac. Au magasin, pas question d’utiliser des emballages : les sacs en tissus sont utilisés pour contenir des produits secs tels que le sucre et la farine tandis que les pots Masson servent de contenants pour la viande, poisson, jus et autres liquides. Je suis fascinée et… perturbée.

Je n’ai jamais réalisé à quel point je produisais des déchets. Moi qui pensais être écolo avec mon recyclage et mon compost. Je me rends compte que mes poubelles pèsent au moins 5 kg par semaine. Ce chiffre est énorme considérant le fait que je suis végétalienne donc toute ma nourriture se composte. Mais qu’est-ce que je jette? Litière du chat, le reste de mes lunchs, des emballages (beaucoup d’emballages) et une quantité industrielle de mouchoirs,  d’essuie-tout et de cotons démaquillants.

De plus, je suis encombrée d’objets de toutes sortes que je n’utilise pas. Je sais que je suis une personne matérialiste qui a tendance à surconsommer. Depuis que j’ai adopté le véganisme, je suis beaucoup plus consciente de ce gros défaut. Comme je recherche maintenant que des produits non testés sur les animaux,  un gros ménage du côté de mon maquillage et de mes produits de beauté est déjà effectué. Pour moi, la fille qui adorait tester tous les nouveaux items sur le marché et qui courait se procurer le dernier rouge à lèvres de Maybelline dès sa disponibilité en magasin, c’est tout un changement.

J’ai dressé une liste de tout ce dont j’ai besoin. Une fois tous mes produits de beauté actuels utilisés, je ne rachèterais que ce qui se retrouve sur la liste. Évidemment, je suis loin de Béa Johnson qui utilise de la poudre de cacao comme fard à joues. Je demeure la même personne coquette qui se maquille chaque jour, mais au lieu d’avoir 20 rouges à lèvres, 5 fonds de teint, 3 mascaras et une multitude d’autres petits flacons, ma trousse va contenir une seule copie de chaque item essentiel (selon moi).

Un ménage de la garde-robe s’imposait également. Après plusieurs heures, quelques batailles avec le chat qui se donnait comme mission de vider mon tiroir de chaussettes à chaque 5 secondes et beaucoup de questionnement, j’ai fini par sélectionner 4 sacs de poubelles de vêtements et 6 paires de chaussures à donner. Les vêtements trop abîmés sont mis de côté : j’ai comme projet de réutiliser le tissu pour la confection de sacs qui pourraient être utilisés pour les aliments en vrac.

Mes prochains objectifs : utiliser des cotons démaquillants réutilisables, confectionner mon propre déodorant (j’espère que j’aurais encore des amis par la suite), acheter du shampoing et du savon en vrac et utiliser des sacs en tissus pour les fruits et légumes à l’épicerie.

Je ne vise pas le « zéro déchet », mais à générer le moins de déchets possible tout en respectant le mode de vie qui me convient. Une fois ces habitudes bien intégrées, j’en ajouterais d’autres. Un pas à la fois, sinon c’est l’écoeurantite assuré.

Et vous, quels sont vos trucs pour produire moins de déchets?

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Cloé
    10 décembre 2015 at 2 h 21 min

    C’est une drôle de coincidence, j’ai justement passé la fin de semaine sur Youtube à regarder tous les vidéos Zero waste que j’ai pu trouver après avoir regardé le reportage à L’Épicerie d’une montréalaise qui tentait de faire de même. J’ai même commandé du Castille soap et commencé à laver ma cuisiner au vinaigre aha! Je suis passée à l’épicerie Frenco qui vend tout en vrac. J’ai acheté quelques trucs, mais j’ai ensuite comparé les prix lors du reste de mon épicerie au Maxi. J’ai été déçue de voir que je payais souvent plus cher pour le vrac, parfois même près du double au 100g. Au final, ça semblait plus avantageux d’acheter un gros sac de légumineuses secs de 2 kg que de le vrac. C’est sûr que ça risque d’influencer un peu plus ma façon d’acheter (j’ai déjà mis plein de trucs dans des pots Masson c’est siii beau). Par contre, j’aurais aimé voir un petit plus sur le plan financier. Si tu as aimé Béa, je te suggère également le blog Trash is for Tossers d’une jeune New Yorkaise dans la vingtaine. Elle donne beaucoup de recettes de produits.

    • Reply
      Thao Bui, Dt.P.
      11 décembre 2015 at 2 h 16 min

      Wow merci pour la référence!
      Je suis d’accord avec toi, parfois je paie plus cher en vrac. Je suis loin loin d’être zéro déchet, mais disons que je me pose plus de questions. Je ne mets plus mes fruits dans des sacs de plastiques,j’évite d’avoir 1000 produits, j’utilise des cottons démaquillants réutilisables et des sacs à collation n tissus au lieu des ziploc. J’ai aussi découvert coop coco où je peux acheter mon shampoing et autres produits en vrac. Un petit changement à la fois :)

  • Reply
    Maud
    29 septembre 2016 at 14 h 00 min

    Hello la végé d’à coté ^^ J’ai eu le même cheminement moi aussi (plus ou moins) et n’ai que des vêtements et produits de beauté essentiels (les chaussures, ça marche moins bien, mais comme tout est de seconde main…).

    Sais-tu également que tu peux remplacer ta crème de jour (au pétrole et autre choses chimiques) par de l’huile végétale, type noisette ou chanvre, ou jojoba (ma peau me dit merci !!) ?
    As-tu trouvé LE déo parfait ? J’ai fait quelques allergies aux déo traditionnels en spray en 2014 et deux semaines à me gratter les dessous de bras m’ont fait changer radicalement de mode de conso (oui, ça a commencé comme ça ^^). Je te conseille le déo Schmidt’s (sur veganmania, tu devrais le trouver rapidement) ou le lait de magnésium, utilisé dans un roll’on avec quelques goutes d’huile essentielle de palmarosa.
    Ou en est-tu de ta « déconsommation » ? :-)

    • Reply
      Thao Bui, Dt.P.
      8 octobre 2016 at 15 h 06 min

      Bonjour Maud!
      J’ai remplacé mes crèmes par, soit des crèmes de Bkind (une cie Qc, sans cruauté, ingrédients cleans) soit par des produits maisons (émulsion de gel d’aloès + huile de coco+ huile amande douce), je me démaquille avec de l’huile de coco et c’est pas mal tout pour les produits de beauté :)
      Je n’ai pas trouvé de déo idéal, je ne m’habitue pas à sentir un peu…j’utilise Earth Science que je réapplique compulsivement au cours de la journée hahaha. Je vais retenir ta suggestion.
      Je tente d’acheter des choses plus durables et d’en avoir moins. Je suis loin loin d’être une consommatrice raisonnnable, mais c’est une grande différence avec mes habitudes d’avant.
      Je te dirais que la grosse différence s’est fait dans mes produits de beauté (j’ai à peu près 1/10 de ce que j’avais auparavant). J’achète aussi beaucoup en vrac :)

    Leave a Reply