Browsing Tag:

allergènes

Nutrition

Doit-on introduire les allergènes de source animale chez un bébé végétalien ?

L’introduction des solides chez les bébés représente une période importante dans le développement du nourrisson. C’est durant ce laps de temps que bébé explorera ses goûts et découvrira de nouvelles textures. Cette étape peut devenir anxiogène pour les parents qui se perdent dans les différentes recommandations. Par quel aliment faut-il commencer ? Quand faut-il commencer cette diversification ? Comment faut-il présenter les solides à bébé ?

Santé Canada recommande d’introduire les aliments complémentaires vers l’âge de 6 mois en débutant par les aliments riches en fer tels que les céréales enrichies pour bébés, le tofu, les légumineuses, les viandes, les poissons et les œufs. Il n’est plus recommandé de retarder l’introduction des allergènes prioritaires* et ça, même chez les enfants issus d’une famille atopique, c’est-à-dire d’une famille où il y a présence d’allergies, d’asthme, de dermatite atopique ou de rhinite allergique.

En effet, les études ont démontré qu’il n’y a aucun bénéfice à retarder l’introduction des principaux allergènes au-delà de 6 mois. Il y aurait même un effet préventif à exposer de façon précoce l’enfant atopique à l’allergène. Il est important de maintenir l’exposition répétée à l’allergène pour maintenir la tolérance. Par exemple, si l’on introduit l’œuf chez un nourrisson à haut risque de développer des allergies, il faut lui en offrir régulièrement, soit au moins 3 fois par semaine, pour diminuer ses risques de développer une allergie à l’œuf.

C’est ben beau toutes ces connaissances, mais on fait quoi lorsqu’on souhaite que bébé soit végétalien ? Est-ce nécessaire d’introduire du lait et des œufs ? Voici les scénarios possibles :

 

  1. S’il n’y a aucune forme d’atopie chez les parents ou la fratrie :
  • Introduction des aliments sans restriction en débutant par les aliments riches en fer ;
  • Vous pouvez choisir d’introduire ou non le lait et les œufs ;
  • Il est suggéré d’offrir les allergènes prioritaires comme seul nouvel aliment pendant 3 jours. Ainsi, si bébé présente une réaction, vous pourriez facilement en identifier la cause.

 

  1. S’il y a présence d’atopie dans la famille et que l’un des parents ou l’entourage proche est omnivore :
  • Introduction des aliments sans restriction en débutant par les aliments riches en fer ;
  • Introduction des allergènes prioritaires d’origine animale (lait et œuf) et en offrir au moins trois fois par semaine pour maintenir la tolérance (consulter votre médecin ou allergologue avant l’introduction) ;
  • Il est suggéré d’offrir les allergènes prioritaires comme seul nouvel aliment pendant 3 jours. Ainsi, si bébé présente une réaction, vous pourriez facilement en identifier la cause.

 

  1. S’il y a présence d’atopie dans la famille et que toute la famille est végétalienne :
  • Introduction des aliments sans restriction en débutant par les aliments riches en fer ;
  • Idéalement, introduire des allergènes prioritaires d’origine animale (lait et œuf) et en offrir au moins trois fois par semaine pour maintenir la tolérance (consultez votre médecin ou allergologue avant l’introduction) ;
  • Si vous ne souhaitez pas offrir fréquemment des aliments d’origine animale tels que le lait et les œufs et que les risques de contact accidentel sont faibles, n’introduisez pas du tout ces aliments afin de ne pas sensibiliser l’enfant. Souvent, s’il y a une réaction, elle n’aura pas lieu à la première exposition (consultez votre médecin ou allergologue pour connaître la conduite à tenir en cas d’exposition accidentelle) ;
  • Il est suggéré d’offrir les allergènes prioritaires comme seul nouvel aliment pendant 3 jours. Ainsi, si bébé présente une réaction, vous pourriez facilement en identifier la cause.

En résumé, chez les enfants non atopiques, on a le choix d’introduire ou non les allergènes prioritaires d’origine animale. Toutefois, chez les enfants à haut risque de développer des allergies, il est préférable de les introduire, surtout si l’enfant a de fortes chances d’y être exposé. Dans le cas -ci, il est important d’en discuter avec votre allergologue afin de connaître toutes vos options.

Une nutritionniste végane qui suggère de donner des protéines animales à bébé ? Oui, cela m’arrive de temps en temps lorsque la santé est en jeu. On devient végane pour différentes raisons, mais ce changement ne nous transforme pas en superhumains à l’abri des tous les maux du monde (malheureusement). On ne devient pas non plus des dieux de la pureté absolue. On fait du mieux qu’on peut et on prend soin de notre santé svp.

 

*Allergènes prioritaires : Lait, œuf, soya, noix, arachides, blé, moutarde, poissons, fruits de mer, graines de sésame, sulfites

 

Pour avoir plus d’informations sur la gestion des allergies alimentaires, je vous invite à suivre le blogue de ma collègue — nutritionniste spécialisée en allergies alimentaires, Stéphanie Pernice à : www.chroniquesduneallergique.com

 

D’autres ressources intéressantes sur l’introduction des solides et sur les allergies alimentaires :

 

 

Références 

  • Ben-Shoshan M, Harrington DW, Soller L, Fragapane J, Joseph L, St PierreY, Godefroy SB, Elliot SJ, Clarke AE. A population 
based study on peanut, tree nut, fish, shellfish, and sesame allergy prevalence in Canada. JACI 2010 ; 125 (6): 1327–1335
  • Chan, E. S. et Cummings, C. Société canadienne de pédiatrie. (2013). L’exposition alimentaire et la prévention des allergies chez les nourrissons à haut risque. Paediatr Child Health, 18 (10), 550-4
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans : guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. inspq.qc.ca
  • NAÎTRE ET GRANDIR. L’introduction aux aliments complémentaires. http://naitreetgrandir.com
  • SANTÉ Canada. La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois. Énoncé conjoint de Santé Canada, de la Société canadienne de pédiatrie, des Diététistes du Canada et du Comité canadien pour l’allaitement, janvier 2015. hc-sc.gc.ca