Browsing Tag:

montée de lait

Mode de vie

Petite réflexion sur la montée de lait de vache de Catherine

Hier, je suis tombée sur un article qui m’a interpellée : Non il n’y a pas qu’une façon de vivre sainement : ma petite montée de lait (de vache). C’est le titre qui a d’abord retenu mon attention puisqu’il y a deux semaines, j’avais publié un billet sur ma montée de lait végétal sur le blogue. Dans ce billet, j’exprimais ma frustration de me sentir jugée par les omnivores. La lecture de l’article de Catherine Lamorthe, omnivore qui partage le fait qu’elle se sentait oppressée par le végétarisme/végétalisme diffusé sur les réseaux sociaux, m’a fait réfléchir.

Depuis que j’ai adopté le végétarisme et ensuite le véganisme, je me suis souvent sentie observée et critiquée par mon entourage. Je suis souvent gênée lorsque je demande des changements à mon plat au  restaurant ou lorsque j’amène mon repas aux évènements où il n’y a aucun choix végétalien. Je suis toujours un peu mal à l’aise lorsque je dois expliquer pour la énième fois la raison de mon véganisme. Me faire dire « ouin tu ne dois pas manger grand-chose » me met hors de moi. Mon raisonnement fut que les gens critiquent souvent ce qu’ils ne comprennent pas. Donc, j’ai décidé de créer un blogue qui va me permettre non seulement de partager mes opinons sur un sujet qui me touche beaucoup, mais qui va également être un lieu de diffusion pour des recettes simples et végétaliennes. Le tout pour rendre le véganisme accessible à tous. Pas que je désire convertir la terre entière, mais je vise plutôt à faire connaître ce mode de vie et ce genre d’alimentation.

Je l’ai déjà mentionné précédemment, je suis devenue végane uniquement pour des raisons éthiques. Malgré le fait que je sois nutritionniste, l’aspect santé ne m’interpellait pas assez pour effectuer un changement dans mon alimentation. Je suis d’avis qu’on puisse très bien manger un hamburger juteux, du bacon croustillant ou encore du fromage fondant de temps en temps et demeurer en excellente santé. Tout est une question d’équilibre.

Je suis une bavarde. J’aime partager mes découvertes, discuter des sujets sur lesquels j’ai lu, faire goûter mes nouvelles recettes et évidemment partager le tout sur les réseaux sociaux. Je n’ai jamais cru que je pourrais déranger les gens ou que certaines personnes puissent se sentir jugées par tout ce que je diffuse sur le véganisme. Peut-être que je suis trop concentrée sur mon petit nombril?

P.S. Vous avez le droit de manger ce que vous voulez!

P.S.S. Vous n’êtes pas obligés me suivre sur les réseaux sociaux.

Mode de vie

Je porte du duvet ou ma montée de lait (végétal)

Avec l’arrivée imminente de la saison froide, j’ai dû me résoudre à ranger mes sandales et robes soleils pour ressortir mes tenues hivernales. Une amie qui était chez moi lors de ce grand ménage a regardé mes vêtements en déclarant : tu n’as plus le droit de porter tout ça! Elle faisait allusion à mon manteau de duvet et à mes bottes en cuir. Prise à court, je n’ai pas répliqué.

Ça me fait rire lorsque les gens croient que parce que j’ai décidé de devenir végane, j’ai jeté tout mon stock non conforme à ce nouveau mode de vie. Oui, j’ai encore des mitaines de laine, mon manteau de duvet Soia Kyo et mes bottes Sorel achetées 3 ans plus tôt. Ma trousse de maquillage contient encore quelques produits testés sur les animaux.  Comme je l’ai déjà mentionné, je suis en transition vers le véganisme. Côté alimentation, c’est maintenant chose faite depuis plus de 7 mois. Pour le reste, je tente d’acheter le plus souvent possible des produits cruelty-free. Oui, je fais encore des erreurs et non, je n’ai pas trouvé tous les remplacements à mes produits de beauté préférés. Ce n’est pas facile de remplacer un produit que tu connais depuis des années. Je suis rendue au stade des essais de produits.

Depuis que j’ai mon changement de mode de vie, j’ai sans cesse l’impression d’être observée à la loupe : le moindre geste non conforme est immédiatement soulevé par mon entourage. Cet empressement de souligner mes torts m’irrite un peu trop, car je sens que je dérange. Les végétariens, végétaliens et véganes dérangent. Ils dérangent, car ils dérogent à la norme sociale, car ils remettent en questions les habitudes de vie des gens, car ils lèvent le voile sur ce que la société s’efforce de ne pas voir.

Lorsque je m’informe sur le menu au restaurant, lorsque je demande des ajustements à mon plat ou lorsque je refuse poliment de goûter aux biscuits d’un collègue, je dérange. Je me fais passer pour une capricieuse, une extrémiste, une grano. Malheureusement, je ressens encore le besoin de me justifier à chaque fois. Ce n’est pas normal de défendre le fait que je refuse de consommer tout produit animal pour des raisons morales. Demande-t-on aux gens pourquoi ils ne sont  pas racistes ou pourquoi ils ne sont pas homophobes? Le véganisme remet en questions nos agissements, nos valeurs et implique un changement majeur dans nos vies. Le changement fait peur. Le véganisme fait peur. D’ailleurs, je vous inviterais à lire l’excellent article  de Martin Gilbert qu’est-ce que la végéphobie, pour en savoir plus sur le sujet.

Le but de cet article n’est pas de condamner les non-véganes. Presque tous mes amis sont omnivores et je les aime tout autant. Je tiens seulement à expliquer que le véganisme (tout comme le végétalisme ou le végétarisme) est un choix de vie basé sur des valeurs personnelles et que les gens qui font ce choix n’ont pas à se défendre et à se justifier. C’est un choix qui mérite d’être respecté comme n’importe quel autre choix.

Pour terminer, oui j’aurais pu donner tous mes vêtements conçus avec des produits animaux. Par contre, ma carte Visa ne me permet pas de tout racheter tout mon stock d’hiver. Donc, je vais encore porter ce que j’ai déjà. Hypocrite comme ça la fille.

_2007_10_haight-hippie